Tous nazis ?

Publié le par Guern de Bé

""Pour ces créatures, tous les humains sont des nazis ; pour les animaux, c'est un éternel Treblinka"

Isaac Bashevis Singer, The Letter Writer.

Je viens de finir ce livre écrit par Charles Patterson, un livre éprouvant mais à mettre entre toutes les mains...Lisez-le, vous n'en sortirez pas indemmes.

Je vous en mets un extrait :

"Dans la mesure où l'industrie de la viande envoie les animaux au massacre dès qu'ils ont assez de chair sur les os (et pas un jour plus tard), ces très jeunes animaux ne vivent qu'une fraction de leur vie naturelle. Les poulets à rôtir, qui constituent la majorité écrasante des animaux tués et mangés, n'ont que 7 semaines quand on les tue. Puisque leur durée de vie naturelle est de quinze à vingt ans, ces bébés artificiellement "gonflés" ne vivent qu'un pour cent de leur espérance de vie naturelle. [...]. Cochons et moutons sont envoyés au massacre à cinq ou sept mois. Les veaux ont quatre mois, quand ils quittent leur stalle et font leurs premiers pas jusqu'au camion qui va les emporter à l'abattoir.

Rien ne provoque plus de dégoût que le cannibalisme, a écrit Robert Louis Stevenson, et pourtant nous donnons la même impression aux végétariens, car nous nous nourrissons de bébés, même si ce ne sont pas les nôtres." Certains des animaux dont nous nous nourrissons sont des "bébés" au sens littéral du terme. Les cochons de lait, tués et vendus entiers, moins leurs viscères, pèsent de dix à vingt kilos, et les agneaux de lait, considérés comme un mets des plus délicats, n'ont qu'une à neuf semaines de vie. [...].

Même les femelles que l'industrie du lait et des oeufs exploite pour leur production ne vivent qu'une petite partie de leur existence naturelle avant que leur productivité ne diminue et qu'on ne les envoie au massacre. Les vaches laitières pourraient vivre vingt-cinq ans dans un environnement sain, alors qu'on les abat pour les transformer en viande hachée au bout de trois ou quatre ans. Quant aux poules pondeuses, elles ne vivent que le dixième de leur vie normale.

Tuer des jeunes peut parfois poser problème aux ouvriers des abattoirs. "Il est intéressant de voir, dit un observateur anglais, ce qui touche encore le coeur calleux - de par le travail qu'il font ou que le consommateur leur demande de faire - des ouvriers des abattoirs. Pour l'un ce sont les chèvres. "Elles pleurent comme des bébés". [...]

En Angleterre, le docteur Long, qui se rend régulièrement dans les abattoirs en tant que chercheur et conseiller de la Vegetarian Society du Royaume-Uni, a remarqué une certaine retenue chez les ouvriers sur le point de tuer de jeunes animaux. Ils lui ont confié que le plus dur dans leur travail était de tuer les agneaux et les veaux, parce que "ce ne sont que des bébés". Le docteur Long dit que c'est un moment poignant "quand un petit veau affolé, qu'on vient d'arracher à sa mère, se met à têter les doigts du boucher dans l'espoir d'en tirer du lait, et ne reçoit que la méchanceté humaine". Il appelle ce qui se passe dans les abattoirs une entreprise "implacable, impitoyable et sans remords".

Le docteur Long aime discuter avec les ouvriers, pendant leurs pauses. "J'ai souvent traîné avec l'équipe des assommeurs dans leur salle quand, couverts de sang et de sueur, ils se reposent de la tuerie. J'ai tenté d'en apprendre autant que j'ai pu et d'obtenir leur point de vue. Ils font parfois des remarques révélatrices comme :"Enfin, c'est légal, non ?" Et je pense que ces remarques laissent entendre qu'ils en sont peut-être un peu surpris eux-mêmes."

Quand il s'agit de bébés animaux, le docteur Long a découvert que certains ouvriers ont des "poussées sentimentales". [...]

"Lors d'un déjeuner dans un abattoir, un agneau a sauté de l'enclos et il s'est approché sans qu'on le voie d'un des bouchers assis en cercle pour manger leurs sandwiches. L'agneau est arrivé et il a goûté un morceau de laitue qu'un homme tenait dans sa main. Les hommes lui ont donné d'autres feuilles de salade, et quand la pause déjeuner a été terminée, ils étaient si affectés par l'attitude de cet agneau qu'aucun n'était prêt à le tuer. Il a fallu l'envoyer ailleurs."

 

"Je suis de l'avis d'Isaac Bashevis Singer, quand il dit que, dans leur comportement vis-à-vis d'autres créatures, les hommes sont des nazis. Les êtres humains voient clairement leur propre oppression quand ce sont eux, les victimes. Sinon, ils persécutent aveuglément et sans réfléchir."

Publié dans témoignages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> <br /> Comme tout ceci est vrai ! <br /> <br /> <br /> Les humains se comportent comme de vrais inconscients, aveugles, sourds, ne voulant pas affronter la réalité , préférant subir le conditionnement, qui est tellement plus simple, on préfère ne pas<br /> penser, ne pas voir, c'est trop dérangeant!!!<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> Faut dire qu'"on" fait tout pour nous empêcher de penser... et c'est plus simple de suivre le troupeau : l'homme est un animal grégaire...qui se précipite vers l'abîme, tous ensemble !<br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> <br /> C'est tout à fait ce que je pense ; c'est un plaisir barbare et non une nécessité !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> Cela l'a peut-être été, du temps des cavernes, mais aujourd'hui, ça nous tue sûrement...les dégâts écologiques que représente notre alimentation à l'américaine sont innombrables, ça détruit la<br /> planète et en plus notre propre santé.<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> <br /> @ Hécate<br /> <br /> <br /> pour autant que je sache, autrefois la chasse était réservée à "une élite"<br /> <br /> <br /> De nos jours on n'a plus besoin de chasser pour manger ..<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> La chasse est un "loisir"...Maintenant, on ne chasse plus pour manger, on va au supermarché qui s'approvisionnent... à l'abattoir.<br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> <br /> Autrefois il y avait la chasse ...cruelle aussi ...Les bêtes poursuivies ,traquées pendant des heures ...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> Il y a encore un million de chasseurs en France...et la chasse à courre existe encore...<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> <br /> Il semblerait effectivement qu'aucune civilisation connue n'a jamais agi de la sorte. Jamais on a torturé, maltraité autant d'animaux que dans notre siècle<br /> <br /> <br /> Mais comment faire alors que personne n'a le droit d'intervenir dans les élevages et les abattoirs ?<br /> <br /> <br /> Enfin bon moi personnellemeent je suis dégoûtée de la viande maintenant<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> Faut dire aussi qu'on était pas 6 milliards de prédateurs...et bientôt 6,5 milliards. Ca risque pas de s'arranger si on ne change pas de régime alimentaire.<br /> <br /> <br /> <br />